Sols pollués : sommes-nous en danger ?

Sols pollués : prendre soin de notre terre,
c’est prendre soin de nous-mêmes.
Ne pas le faire c’est se mettre en danger.
sols pollués danger

Un sol est dit pollué lorsqu’il contient une concentration anormale de composés chimiques potentiellement dangereux pour la santé des plantes, des animaux et donc pour la santé humaine. Aujourd’hui, près de la moitié des sols sont dégradés dans le monde du fait de nos activités…Il est urgent d’y réagir car les conséquences sont désastreuses tant pour notre terre que pour tous les êtres y vivant.

Pourquoi devons-nous prendre soin de nos sols ?

Le sol se forme en plusieurs milliers d’années. Son renouvellement est assuré par les organismes y vivant. Sa dégradation peut être rapide ce qui en fait une ressource limitée. Le sol nous est vital :

  • Il nourrit le monde.
  • Il est un filtre pour avoir de l’eau potable et réguler les inondations.
  • Il participe aux cycles de l’azote, du phosphore et du potassium nécessaires au développement des plantes.
  • Il participe au cycle du carbone dans l’atmosphère.
  • Il est un support pour que nous puissions vivre (habitats, routes…)
  • Il est aussi le témoin de notre histoire (archéologie).

Quelles activités humaines impactent nos sols ?

Les activités agricoles, industrielles, domestiques ont considérablement appauvri et pollué les sols :
Journée mondiale de l'altruisme

  • Les engrais et les pesticides sont au cœur du modèle agricole industriel. Ils permettent plus de rendement à court terme mais une terre de moins en moins fertile et un écosystème déséquilibré…d’où la nécessité d’en utiliser encore plus ce qui conduit à la destruction de la faune et de la flore (dont les abeilles), aux maladies chez les agriculteurs et les riverains, aux pollutions des sols, des eaux, de l’air ; à la mutation des insectes, des mauvaises herbes…
  • Les industriels polluent en jetant des déchets toxiques mais aussi par la pollution atmosphérique qui donne des pluies toxiques qui elles-mêmes polluent les sols et les eaux.
  • Nos véhicules émettent des polluants qui vont dans les sols.
  • La déforestation accélère leur érosion.
  • Les OGM menacent la biodiversité et standardisent l’agriculture au profit des multinationales.
  • Le passage des engins agricoles compacte les sols qui ne laissent passer ni eau ni air ce qui diminue la faune des recycleurs comme les vers de terre.
  • Les mises en culture diminuent la biodiversité des sols.
  • Les surfaces bétonnées, des routes aux villes, empêchent l’eau d’y pénétrer. La vie ne peut alors pas s’y développer.
  • Les déchets jetés dans la nature polluent les eaux et les sols à un point dont peu d’entre nous avons conscience.
  • Exemples de durée de vie de certains déchets : mégot (de 1 à 2 ans), canette (100 à 500 ans), sac plastique (450 ans), bouteille en verre (4000 à 5000 ans)…

pollution des sols

Quelques exemples concrets…

  • Les pommes en Europe.

pomme en europesLe rapport “The Bitter Taste of Europe’s Apple Production and How Ecological Solutions can Bloom”présente des résultats d’analyses (eau et sol) relevés dans des vergers de 12 pays d’Europe. Sur les 85 échantillons, 53 pesticides différents ont été identifiés. Au moins 70% d’entre eux présentent une toxicité élevée pour la santé des hommes et de la faune.

  • Les abeilles si précieuses.

disparition des abeillesSans elles, notre agriculture est en danger. Sans pollinisation plus de 130 types de récoltes seront menacées.

Depuis plusieurs années, on constate partout sur la planète, le syndrome d’effondrement des colonies. Un comité scientifique  international indépendant  tire cette conclusion de leurs études : parmi les pesticides craints, les néonicotinoïdes utilisés sur les fleurs, tuent les abeilles.

  • Le scandale du phosphogypse en Chine.

La Chine est le plus grand fabricant au monde d’engrais phosphatés. Les centaines de millions de tonnes de déchets provenant de cette industrie polluent de manière catastrophique le pays et créé un sous-produit très polluant, le phosphogypse stocké illégalement et de manière dangereuse.
Greenpeace a présenté des photos et vidéos montrant d’immenses dépôts en plein air de ce produit dans des zones habitées ou près de cours d’eaux. Sur place, des prélèvements y ont révélé la présence de métaux lourds très nocifs.

Nous sommes tous directement concernés et impactés.

En ne prenant pas soin de nos sols, nous ne prenons pas soin de nous-mêmes également. En effet, le sol est en lien avec l’air et l’eau. Les possibilités d’exposition sont donc nombreuses.

  • Les jeunes enfants, en jouant avec de la terre, peuvent en ingérer directement par le biais des mains ou des objets portés à a bouche.
  • Nous ingérons les végétaux cultivées sur les terres polluées mais aussi l’eau polluée par un produit transféré du sol vers la nappe phréatique.
  • Nous consommons des animaux en contact direct avec les sols ou eaux polluées.
  • Nous inhalons les poussières émises par les sols ou les polluants volatiles.
  • Lorsque nous nous baignons, prenons une douche, nous impactons également notre santé.

Des solutions simples à mettre en pratique.

  • Jardiner sans pesticides.
  • Réduire les doses de produits d’entretien (lave-linge, lave-vaisselle, nettoyage des sols…) et utiliser les moins polluants.
  • Ne pas jeter de produits dans la nature surtout s’ils sont toxiques et trier ces déchets.
  • Ne jamais jeter de produits toxiques ou dangereux dans la poubelle, les éviers…Les emmener à la déchetterie ou dans un parc à conteneurs.
  • Consommer des produits issus de l’agriculture écologique seule à garantir des pratiques agricoles saines et une alimentation de qualité.
  • Réduire considérablement notre consommation de viande et de produits laitiers pour stopper l’élevage intensif.
  • Réduire notre consommation de plastique : acheter des produits biodégradables et/ou des produits pas ou peu emballé ; se procurer des sacs poubelles recyclables ou jeter directement nos déchets dans la benne à ordures ; refuser les couverts en plastiques de restauration notamment rapide pour sortir les nôtres : osez être créatifs et bienveillants pour notre belle planète.
  • Récupérer soigneusement l’huile de vidange d’un moteur.
  • Privilégier le vélo, la marche à pied à la voiture.
  • Ne plus contribuer à la déforestation (voir article précédent).
  • Informer en montrant l’exemple : « Soyez le changement que vous voulez voir dans le monde ». (Gandhi)

Par : Marie LAVERSANNE

Découvrez ici le précédent article
« lLa 6ème extinction de masse« 

Comment vous pouvez nous aidez à rendre le monde meilleur

Cet article, comme ceux qui vont être mis en ligne au fur et à mesure des semaines, est entièrement rédigé par des bénévoles. Nous vous serions reconnaissants pour votre aide qui nous est précieuse pour continuer à vous informer avec un contenu cohérent et de qualité. Merci du fond du cœur pour votre don

Retrouvez-nous sur Facebook 

https://www.facebook.com/mouvement.altruist/