La nécessité d’être altruiste

Etre altruiste c’est bien plus
qu’être attentif aux autres

Il nous est impossible de devenir altruiste sans avoir une bonne raison de le devenir et pour cela nous avons besoin de comprendre la nature réelle des phénomènes.

Si l’individu que nous sommes n’a pas conscience qu’être altruiste agit dans l’intérêt de son propre bonheur, nul ne peut comprendre la nécessité de faire cet effort d’être bénéfique à autrui et à la planète, de fait ce qui s’est toujours passé continuera à se produire, chacun agira en fonction de lui et de ses besoins sans même se soucier des conséquences de ses choix et actions à plus ou moins long terme.

La seule et vraie raison d’être altruiste

Pourquoi être altruiste

L’altruisme ne peut naître ni d’une idéologie, ni de la morale, ni d’un élan affectif envers l’humanité, car aucune de ses raisons ne repose sur une claire conscience de la réalité, mais sur un sentiment personnel et subjectif.

Naturellement on peut « agir par amour de l’humanité » comme nous agirions par « amour de notre famille », seulement même si notre « amour » est plus étendu il n’en est pas moins subjectif et demeure en partie égocentré.

Pourquoi devrions-nous donc devenir altruistes ?

Pourquoi devenir altruisteAu risque de bousculer les bonnes consciences, je vais répondre « parce qu’il est dans notre intérêt et dans l’intérêt de l’humanité de le devenir ».Pour comprendre cette réflexion, il est indispensable de saisir la nature intrinsèque des phénomènes qui veut que tout dans la nature est régi par la loi de l’interdépendance. Aucun scientifique ne dira le contraire. Tout est lié, la séparation entre les objets de nos perceptions est une illusion des sens.

Il n’est d’ailleurs pas nécessaire de pousser bien loin cette réflexion de l’interdépendance pour la comprendre puisqu’au moment où j’écris ces lignes de plus en plus de gens comprennent les implications de nos choix et actes passés sur l’équilibre écologique de la planète. Nous sommes réellement en danger et la survie de notre espèce dépend aujourd’hui d’un urgent changement de comportement.

Ce n’est d’ailleurs pas exagéré de dire qu’à ce rythme nous risquons l’extinction tout simplement de notre civilisation.

Comment en sommes-nous arrivés là ?

Parce que chacun d’entre nous a des désirs qu’il veut voir satisfait et pour que ces désirs soient satisfaits, d’autres se mobilisent pour nous apporter ce que nous souhaitons, parce qu’ils y voient là aussi une opportunité de satisfaire les leurs. Nous voulons un intérieur confortable, le plus bel iPhone, l’ordinateur dernier cri, de beaux bijoux, de beaux vêtements, de belles voitures, etc.… Bref nous voulons être satisfait et à première vue, tout cela semble parfaitement légitime. Parce que nous pensons aussi que satisfaire nos désirs est la vraie cause de notre bonheur.

Seulement tout cela a un prix, et un prix très cher, car pour que les milliards d’individus qui peuplent la planète puissent satisfaire chacun leur désir, cela implique de puiser dans les ressources de la planète, mais pas seulement.

Je veux faire
partie de MA

 
Cela produit des déchets, dont certains sont particulièrement toxiques, ce qui pollue la planète et entraîne également le réchauffement de la planète, bref cela impact notre environnement, un environnement dans lequel nous évoluons. On pourrait dire que pour que notre ego soit satisfait, nous devons sacrifier notre équilibre et notre santé, on appelle cela l’ironie du sort. Nous voulons tous avoir satisfaction, mais sans nous soucier de ce que cela implique. C’est tout simplement cela « l’égocentrisme ».

Mais, comme nous commençons à le percevoir de manière tangible aujourd’hui, la loi de cause et d’effet est patente, et tout ce que nous désirons obtenir, à un moment ou un autre, a des conséquences. Notre besoin d’être satisfait tout de suite, notre manque de vision à long terme, et surtout notre ignorance en ce qui concerne les vraies causes du bonheur nous empêche de voir ce qui convient de réaliser pour construire un authentique bonheur dans lequel tout le monde serait satisfait.

Notre bonheur dépend de celui de tous

Que cherchons-nous à obtenir en satisfaisant nos désirs ?

entraide et altruismeLa paix et le bonheur.

Mais tout ce que nous obtenons est d’une satisfaction passagère qui, aussitôt dissipée nous pousse à rechercher à satisfaire un autre désir. Un précepte bouddhiste dit à ce propos : « chercher le bonheur par la satisfaction de nos désirs est aussi vain que chercher a étancher sa soif en buvant de l’eau salée ».

Notre bonheur est ailleurs. De la même manière que nous ne pouvons être heureux dans notre famille si tous les membres qui la composent sont malheureux, nous ne pourrons jamais connaître une réelle harmonie si la communauté humaine dans laquelle nous vivons et y compris les animaux connaissent la souffrance parce que directement ou indirectement nous en serons affectés.

D’un point de vue spirituel

Choisir l'altruismeUne réflexion et une méditation plus poussées sur cette loi de l’interdépendance nous montrent de toute évidence aussi que participer directement ou indirectement à la souffrance d’autrui équivaut à se nuire à soi-même. Tôt ou tard, il va de soi que cette souffrance que nous avons perpétré par nos actes nous revient sous une forme ou sous une autre.

Nous ne pouvons en effet désirer une chose et cultiver son contraire, nous ne pouvons d’un côté aspirer au bonheur et en même temps, même indirectement, participer à la souffrance d’autrui.

Si, pour que nous ayons des vêtements à très bas prix des enfants doivent travailler des années dans des conditions abjectes, ou de pauvres paysans doivent se ruiner la santé, si, pour avoir 10 minutes de plaisir dans notre assiette, nous devons engendrer des océans de souffrance, faire connaître pendant des vies entières la souffrance à ces animaux que nous traitons avec un tel dédain, qu’en sera t-il de la récolte à plus ou moins long terme pour nous-même au regard de cette loi de l’interdépendance?

Ces hurlements de souffrance dans l’indifférence générale pour que nous puissions simplement être satisfaits ou avoir pu remplir nos estomacs affamés.

C’est la question que chacun doit se poser en son âme et conscience !

LA Video de Mouvement Altruiste